Les Lavoirs

Lavoir à Impluvium (ou encore dit « des Morts »)

Il se trouve à proximité de la place dite « des Morts » (actuelle place du souvenir) sur laquelle était bâtie l’ancienne église, environnée d’un cimetière avec dans le voisinage des sources insalubres.(Le nouveau cimetière a été ouvert en 1833)

Les délibérations du Conseil nous apprennent qu’en l’an II,  le bassin de la fontaine proche de l’église était si étroit que deux personnes ne pouvaient y puiser ensemble, qu’il est situé dans un lieu bas et très dégradé qui recevait tous les immondices des environs vu qu’il n’était ni clos, ni couvert.

 La fontaine Rabot était entièrement basse tous les étés et ne fournissait de l’eau ni dans le bassin pour abreuver les animaux, ni dans celui qui sert à laver le linge. (Cette fontaine fera parler d’elle à partir des années 1776) 

C’est en l’an III que la commune possède les fonds   pour construire un lavoir en pierre de taille couvert d’un toit de tuiles afin de mettre les laveuses à l’abri.

En 1864, cette fontaine est de nouveau en mauvais état et l’eau s’y perd de tous côtés. Des réparations s’imposent et sont faites.

En 1878, les lavoirs manquent d’eau, mais celui dit « des Morts » offre la certitude d’en avoir toujours.

La vieille construction est démolie pour agrandir le bassin.La charpente en sera entièrement refaite en 1920.

 Source :Annales d’Igé

Lavoir du Martoret

En 1824, le Conseil met en discussion la question de la construction d’un lavoir et d’une fontaine au Martoret. Ce hameau est assez important et il se trouve un emplacement convenant parfaitement à cette destination, qui éviterait aux habitants de ce lieu de venir au bourg d’Igé pour laver le linge.

La construction est réalisée cette même année. Des réparations auront lieu en 1893.

 

Lavoir et fontaine du Munet

C’est en 1890 que le Conseil s’occupe de sa création, sollicitée depuis longtemps par les habitants du hameau.

Des maisons- vétustes sans doute- sont rasées pour faire place au lavoir actuel.

Il en reste une petite partie sur le côté, qui constituait un abri mis à disposition des indigents en cas de besoin. L’intérieur est aujourd’hui en mauvais état..

L’eau nécessaire à l’alimentation de ce lavoir est captée au lieu-dit « Les Places »et amenée par une canalisation d’où elle jaillit par un tuyau (borne fontaine) dans une auge, pour être conduite au lavoir.

 

Lavoir du château, anciennement Fontaine Garnier.

On l’appelle aussi lavoir « de l’orangerie ». Sa date de construction n’est pas connue. En 1830, des réparations sont faites à ce lavoir « très vieux et laissant perdre de l’eau de tous les côtés ».Cependant dès 1832, le Conseil s’alarme de l’état de ce lavoir qui manque souvent d’eau, parce que »la source en bise se perd ».Les travaux seront menés activement à cause du besoin pressant pour la commune d’avoir de l’eau pour s’en servir, dans le danger menaçant du choléra, pour prévenir ou arrêter les incendies.

Après les travaux exécutés, les eaux montent et sont trois ou quatre fois plus abondantes qu’auparavant.

D’autres réparations auront lieu en 1881 et 1893.

La toiture a été refaite en 2019, des travaux sont prévus pour l’intérieur.

Source : Les annales d’Igé